Le Buisson Ardent

Ouverture du triptyque du Buisson Ardent : suivant le calendrier liturgique

du 1er dimanche de l’Avent à la Marche des Rois (30 nov 2014 – 4 jan 2015)
du jour de Pâques au lundi de Pentecôte (5 avril – 25 mai 2015)
du jour de l’été aux Journées du Patrimoine (21 juin – 20 septembre 2015)

Il est présenté en position fermée le reste du temps.
donc ouvert 6 mois par an

Si ce triptyque de la Cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence est reconnu comme l’un des plus illustres tableaux de l’Europe du 15ème siècle, et comme le chef d’œuvre de la ville d’Aix, son sens profond est à redécouvrir par une lecture symbolique qui puise ses racines dans la Bible.

Le buisson ardent de Nicolas Froment (1476)

L’épisode du Buisson ardent de Moïse (lire chap.3 de l’Exode) a été traditionnellement mis en parallèle avec la virginité de Marie ainsi que l’inscription au bas du retable le confirme; mais une autre inscription, beaucoup plus grande, en haut de ce même retable oriente les esprits vers une recherche plus profonde de ce thème.

En effet, le peintre et le théologien qui l’a guidé (et dont nous n’avons toujours pas retrouvé le porte-faix) ont magistralement utilisé toute la richesse des symboles contenus dans les Écritures judéo-chrétiennes pour répondre à une question fondamentale, et toujours d’actualité, que se posait probablement le roi René en commandant ce retable pour sa chapelle funéraire.

Qu’est-ce donc que le Salut ?

L’homme a-t-il une chance de vivre encore après sa mort et peut-il avoir accès à la Vie divine et donc être parfaitement heureux ?

La réponse va être donnée étape par étape à celui qui contemple le tableau. Les personnages, les inscriptions latines et les plus modestes détails de l’œuvre, vont peu à peu se dévoiler et donner le sens profond de la Révélation chrétienne. On reste admiratif devant un tel tour de force : parvenir à concentrer en une seule image l’histoire du Salut de l’humanité, de la Genèse à l’Apocalypse.

Une reproduction du triptyque, accompagnée de son explication en huit langues, est proposée au bureau d’accueil ainsi qu’un DVD.

Vous pouvez également admirer 40 diapositives du photographe Marc Heller et entendre la lecture symbolique de l’œuvre grâce à la projection d’un DVD sur écran de télévision. Six langues sont proposées: français, anglais, allemand, espagnol, italien, et japonais. durée 18 min. Demandez la mise en marche de l’appareil au bureau des guides, à droite en entrant dans la cathédrale.

Les commentaires sont fermés